13/08/2014

Maman court

Eh oui, votre pédégère court toujours. Je ne vous parle pas de la course effrénée du quotidien, non celle-ci, je la pratique depuis 10 ans, je vous parle de ma nouvelle passion pour le running, yeah!

Ouais dire "running" ça claque. Donc comme je vous le relatais dans mon premier billet sur la course à pied, je me suis mise à bouger à la fin du mois de mars et je n'ai jamais arrêté. 

Chose assez incroyable, moi qui étais pétrie de bonnes résolutions en matière de sport chaque matin depuis l'âge de 21 ans mais qui abandonnais dès la première séance passée.

J'avais toujours une bonne excuse : trop froid, trop chaud, trop loin, pas le temps (la meilleure de toutes les excuses quand on est maman), trop compliqué, prof nul, gars de la salle de gym trop relous…

Bref, je ne faisais rien. Mais ce N'ETAIT PAS DE MA FAUTE.

Eh puis un jour, à force de voir de plus en plus de nanas de mon entourage virtuel s'y mettre ou en parler, je me suis dit pourquoi pas moi?

Et j'y ai pris goût. Enfin c'est surtout après que t'es contente. Sur le moment tu te demandes surtout ce que tu fous là, pourquoi t'as oublié de prendre de l'eau et pourquoi t'as investi autant de pognon dans une paire de "running". Mais après, t'es fière de toi, tu te dis que oui tu l'as fait même si t'as juste couru que 8 mn. 

Aujourd'hui, je réussis à courir 40 mn et même si c'est un détail pour vous, pour moi ça veut dire youhouuuuuuu! Quand je pense qu'au commencement, je tenais à peine 2 mn….

J'ai démarré en alternant marche et course en sortie de 20 mn, puis j'ai augmenté la distance course. Il y'a plein de programmes pour les débutants sur le net, et pour ma part, j'ai laissé tombé le côté "fréquence cardiaque" trop compliqué pour moi, je me concentre d'abord sur mes progrès, ensuite je me pencherai sur cette histoire de rythme cardiaque. J'ai acheté une montre qui m'indique le temps, ma vitesse et mes calories dépensées et un short, une brassière, un tee-shirt. Ah et j'ai installé l'appli Runkeeper sur mon téléphone et avec les potesses on se motive GRAVE. Et c'est tout!

Même si maintenant je suis lancée certaines fois je me force pour aller courir parce que mes excuses reviennent me pourrir la tête. Parce que je n'ai pas la patate, parce qu'il pleut, parce que je n'ai simplement pas DU TOUT ENVIE. 

Oui, c'est pas toujours facile mais je sors au moins deux fois par semaine (essentiel pour progresser) et s'il pleut trop ou que les associés sont avec moi, je fais du vélo elliptique à la place.

Ah d'ailleurs quand je n'ai pas le courage d'emmener les associés dans les bois avec moi ( ils prennent leur vélo mais il y a toujours un problème de frein, de pédale, de pneu dégonflé, de maman-j-ai-mal-aux-jambes), je cours dans la cour de la ferme…. 

J'ai également acheté "Bouge tes fesses, poulette" illustré par Astrid M et adapté de "Run fat bitch, run" de Ruth Field, une Anglaise dingue de course qui ne mâche pas ses mots. Ce livre est hyper motivant avec des conseils très bien vus, très réalistes mais par contre faut pas avoir peur de se regarder en face en le lisant. 

tunetoo,running femme,running maman,maman court,courir femme,courir quand on est maman,équipement running

Photo piquée chez Astrid M

 

Voilà vous savez tout sur ma nouvelle vie.

Ah et les kilos? Ne rêvons-pas ils ne s'envolent pas grâce à la course, je me suis juste un peu affinée mais il faudrait que je combine un petit régime, sauf que j'ai décidé de ne plus faire de régime. 

Dernière chose, merci Tunetoo pour l'équipement que j'ai personnalisé sur leur site :

lesdeux.jpg

casquette.jpg

La casquette personnalisée

tee-shirt.jpg

Le débardeur femme personnalisé

 

J'ai pas la classe? 

et merci Papa Cube ;)

28/07/2014

Quand vient la moisson…

moisson.jpg

c'est un peu le bordel. 

Les associés veulent tous suivre leur père dans les champs et je passe mon temps à les recompter et à vérifier que Zorro est bien arrivé. Car Môssieur est grand et il y va en vélo. Même si ce n'est jamais loin (genre 600 m), j'ai toujours peur qu'il rencontre un tracteur ou un taré de la route qui ne ralentit pas malgré le balai incessant des moiss'batt' sur nos routes de campagnes. 

A chaque fois que je croise ce genre d'énergumène, je l'insulte copieusement. Et Pierrafeu répète joyeusement. 

Mais je m'égare. 

Donc oui c'est un peu olé-olé dans l'entreprise car il y a aussi la gestion des…. Casse-croûtes! 

Le repas dans les champs c'est LE dossier de la moisson. Genre, toi tu crois que le plus important ce sont les rendements, que la panne de machine n'arrive pas et que la pluie reste éloignée.

Eh bien tu as raison. Mais un paysan efficace est un paysan nourri.

Et là toutes les femmes de céréalier qui lisent ce billet sourient jaune. On dirait, comme ça vu de l'extérieur que ce n'est pas un sujet ô combien important, genre, c'est bon on va pas en faire tout un cake.

Un cake! Ah, non surtout pas ! Ne t'avises pas de servir du cake au paysan-chemise-à-carreaux quand il ne peut pas s'arrêter pour manger et que par conséquent il ne peut se nourrir qu'avec l'aide d'une seule main. 

Il lui faut un casse-dalle. Ni trop grand, ni trop petit. Pas trop grand à cause de l'unique main, et pas trop petit parce qu'il ne va pas engloutir 15 sandwiches non plus, il n'a pas que ça à foutre, bordel!

Et bien sûr, bien sûr, BIEN SUR, il ne faut rien de coulant ed'dans! Déjà qu'il a du cambouis plein les mains, il va pas en plus se retrouver avec des tâches de mayo sur la chemise à carreaux, ça fait pas pro.

Il faut donc rester sur les basiques : pâté, jambon blanc, jambon sec, salami, rosette.

casse-croute.jpg

Note pour demain : acheter de l'alu.

A mes premières moissons, attentionnée que j'étais, j'ai bien essayé de changer la recette casse-dalle. Genre, je voulais laisser mon empreinte dans l'histoire du casse-croûte de la moisson, rompre avec la tradition de ma belle mère.

Souvent femme varie bien fol est qui s'y fie.

Pas de salade (eh oh on est des paysans pas des plaisanciers), pas de pain bagel (y'a un trou au milieu, la garniture se barre), pas de pain de mie (trop mou).

DE LA BAGUETTE, un pain c'est tout.

Sans beurre et sans cornichon pour mon beau-père et avec du beurre (mais pas avec le pâté) et des cornichons (mais pas avec la rosette) pour Grand Mari.

Et avec ceci? Une bière fraîche pardi!

L'autre soir, j'en ai mis deux parce que la nuit allait être longue. 

Le lendemain : " eh Sabine, pas deux bières hein! Faut qu'on garde les idées claires!" 

Quand je vous dis que c'est pas fastoche!

16/07/2014

Apparences trompeuses…

Vous pensez que votre dévouée pédégère, au vu de l'abandon de blog, est en vacances?

Eh bien pas du tout et c'est plutôt chaud cacao niveau organisation. Car une nouvelle fois, j'ai été faible et comme on a récupéré les associés vendredi dernier (après 5 jours à la mer avec leurs grands-parents bénis) et que les trois grands repartent pour 5 jours, le 21 juillet, je ne les ai pas inscrits au centre aéré.

Seul Zorro a voulu y aller aujourd'hui jusqu'à vendredi pour rejoindre son potos de l'école.

Naïvement j'ai cru que ça allait le faire. Hop, juste trois jours de boulot, ça va le faire.

Je n'étais pas naïve, j'étais dans le déni en fait. Pourtant JE SAIS que quand Grand Mari me dit "si, c'est bon, trois jours, ça va le faire (c'est de famille cette expression), je vais les garder", JE SAIS que ça ne le fera pas. Mais je nie la situation.

Résultat, même si j'ai fait mon boulot du jour, je ne vous raconte pas dans quel stress, ni ne vous dis combien de fois j'ai été interrompue. Heureusement, Dieu créa le lecteur de DVD et Disney, les Disney.

Pleine de bonne conscience, je les ai envoyés dehors assez vite quand même "allez aider Papa à biner les betteraves, ça va être super!"

Sauf qu'ici on passe du "ah bah tiens, on rallumerait bien le chauffage ce 13 juillet" à "putain, qu'on m'installe la climatisation dans toutes les pièces, vite!" et qu'il est donc difficile de laisser les enfants jouer dehors sans avant, les tartiner de "crème qui colle" pour les voir rentrer 20 minutes après "on aaaaaaa soiiiif". Enfin "les voir rentrer", ahhemmmm, j'ai du aller les chercher au champs.

Bref, je ne suis pas en vacances.

Adieu.

Votre pédégère, qui en fait un peu trop, CERTES, mais qui aurait bien besoin de vacances. 

PS : Rosette m'a fait mourir de rire en entrant dans la banque ce soir. Je voulais retirer du liquide et sur la porte, il y avait un pictogramme de billets barrés signifiant "pas de manipulation de liquide". Elle a hurlé devant la guichetière "Naaaaaan Maman, change de banque! Pas ici, ils n'ont pas d'argent".

J'ai ricané comme une dinde. La stress peut-être…

coucher-soleil.jpg

Mon anti stress…