Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2015

Le bol de lait renversé

Ce matin, ce lait chocolaté au sol a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Le vase, c'est moi.

Depuis quelque temps c'est dur. Je ne saurais expliquer exactement pourquoi.

Ou alors j'ai trop d'explications : la situation compliquée au travail couplée au manque de confiance en moi, la frustration que me procure le blog (l'envie est là mais le temps, non), 5 jours en formation professionnelle où tu comprends que tu te fais un peu avoir depuis 2 ans, un bazar permanent dans chaque pièce, chaque armoire, placard de la maison, LE QUOTIDIEN qui me pèse… et surtout les sollicitations toujours plus nombreuses de mes associés. 

Vous allez dire "on en est tous là".

Oui tous les parents vivent ce que nous vivons.

Mais en ce moment je ne réussis plus à relativiser. Notamment sur les sollicitations des associés.
J'ai parfois l'impression d'être mangée toute crue. 

Maman? MAMAN? Maman? MAMAAAAAANNNNN? Maman! Maman! Maman! 

Naïvement, je pensais que ça leur passerait un peu avec l'acquisition toujours plus grande de l'autonomie.

Et effectivement sur plein de plans ça va mieux (rassurez-vous jeunes parents), mais leur demande change aussi. Par exemple Zorro nous pose sans arrêt des questions. Et tant qu'il n'a pas sa réponse il ne nous lâche pas, même si on lui fait comprendre que ce sujet ne le regarde pas par exemple. Dès le matin, il s'y met et dès qu'il rentre de l'école il s'y REmet.

C'est devenu impossible d'avoir une conversation d'adulte, il se mêle de tout : "de quoi vous parlez?"
Alors avec Grand Mari on ne se parle plus beaucoup.

C'est aussi toujours impossible pour moi de manger assise. J'ai des temps de cul sur la chaise plus longs qu'avant certes, mais quand même il y a toujours un associé pour faire tomber les yaourts du frigo, ne pas trouver le sel (qui est à sa place) ou renverser son verre/bol (trois fois au petit déj cette semaine).

Le week-end ce n'est pas rare qu'on vienne me demander où est "flash McQueen, mon cartable, mon cahier de dessin,…" alors que je me shampouine les cheveux.

Et les "qu'est-ce que tu fais Maman?" relayés par 4 associés auxquels j'ai parfois envie de répondre "mais qu'est-ce que ça peut te foutre? Est-ce que je te demande toutes les 5 secondes ce que tu fais?" 

Bien évidemment je ne réponds jamais ça. J'explique ce que je suis en train de faire et bien souvent avant que j'aie le temps de finir, l'associé a tourné les talons.

Je crois que mes associés ont juste besoin de me voir ET de m'entendre.

 

Et moi….

fatigue maternelle, épuisement parental, épuisement

PS : si vous avez envie de commenter, faites-le ici comme ça je relirai vos commentaires pour me remonter le moral (uhuhuhu)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

25/01/2015

J'ai 5 ans!

Eh ouais les gars, comme dit Tata Jacqueline: "que le temps passe!" 

Juste, du temps j'en ai pas tellement en ce moment. Entre ma formation pro, mon boulot et les associés, je suis un peu débordée.

Mais la Pédégère gère.

Bientôt quelques jeux seront publiés par ici, histoire de fêter les 5 ans du blog ensemble!

Je vous laisse, je vais courir.

Pour de vrai, pas derrière les associés! 

5ans.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

20/01/2015

Les associés ont joué au … GIGN

Parfois les associés jouent à la marchande, à la maitresse, aux pompiers, au paysan, bien sûr, mais bien marqués par l'actualité, ils viennent de se lancer dans un nouveau jeu d'imitation : le GIGN.

Samedi après-midi, alors que ça tournait en rond sévère chez les quatre loustics et que lassée de les avoir dans les jambes à entendre "on s'ennuiiiie Maman" je les ai envoyés dehors.

Zorro a lancé "eh les gars! si on jouait au GIGN !!".

Ni une, ni deux, ils étaient postés dans la cour de la ferme, chacun planqué derrière un ballot de paille ou le tas de sable, ou un poteau pour traquer les terroristes.

GLOUPS.

Au début, devant leur manège et leur bâton/fusil, je suis intervenue.

"Oh bah non, c'est bizarre comme jeu. Vous voulez pas faire des tours de cour à vélo en vous chronométrant, plutôt? "

Et là, Rosette est sortie du bureau avec son plan d'action béton.

Elle s'était auto-nominée Capitaine des opérations et ses frères n'avaient pas bronché.

garnd-dessin.jpg.

détail1.jpg

détail2.jpg

Deux familles d'accueil (là c'est la situation de petits copains à l'école qui les marque…) étaient prises en otage et il fallait les libérer. Deux prises d'otage simultanées.

Ca m'a retournée un peu qu'ils rejouent "les événements " ainsi.

Ils avaient besoin de faire le bien. Enfin c'est ce que je me suis dit.

Bref, je les ai laissés sauver les deux familles.

Et puis ils sont rentrés.

"Ils se sont rendus, on peut goûter maintenant".

 

PS : on leur a expliqué ce qui s'était passé. Zorro a lu l'édition du Petit Quotidien sur la tragédie et je l'ai accompagné du mieux que j'ai pu. Rosette et Pierrafeu ont posé moins de questions et Milou n'en a posé aucune.

Mais comme tous les enfants, ils ont tous été touchés.

De près ou de plus loin.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !