Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2014

Le graal de l'associé

Quand tu te fais une virée supermarché avec un ou plusieurs associés, les tentations sont partout. 

Et la frustration qui va avec aussi.

Déjà, pour des raisons pratiques, je passe par l'entrée côté jouets. Oui je sais, c'est cruel.

Mais les associés sont habitués et si on a le temps, on y passe 5 minutes 15 minutes et ils regardent les nouveautés (ils me disent vraiment ça! "Maman, on peut aller aux jouets pour voir les nouveautés?")

Et puis j'évite désormais l'entrée qui passe par le rayon liquides depuis que Pierrafeu a envoyé son petit caddie dans le rayon vinaigre.

Donc, le rayon jouet, première tentation.

Ensuite, on remonte le supermarché et bam en avant du rayon frais, des centaines de saucissons appellent les associés. "Allez, Maman ça fait au moins une semaine qu'on en a pas mangé! Allez pour l'apéro et du chorizo aussi!"

Au rayon yaourts, ce sont les desserts au chocolat avec les billes et les actimels "pour qu'on soit en meilleure santé" que les associés me réclament à coup sûr.

Même si je n'en achète jamais (enfin à part à date courte), ils tentent à chaque fois. 

Quand j'ai Milou avec moi, il embarque automatiquement un chaussé aux moines. Même s'il y en a déjà deux dans le bac à fromages à la maison (je m'en rends toujours compte à la caisse.)

Le rayon frais, deuxième tentation.

Si je passe trop près des surgelés, ils me demandent des petites pizzas et des glaces bien sûr.

Les surgelés, troisième tentation.

Au rayon, fruits et légumes ils se disputent pour peser. C'est ainsi que la caissière a halluciné devant les clémentines étiquetées pommes et devant les avocats avec une étiquette poireaux alors qu'ils sont vendus à la pièce. 

Le rayon fruits et légumes, quatrième tentation.

Enfin, ce sont les caisses. Mais ma vigilance reste au top : chewing gums (interdits à la maison), mentos, kinder… tout leur semble indispensable, même les piles!

La caisse, cinquième tentation.

Mon astuce c'est de "choisir la caisse" en face des petits manèges (enfin tu vois le camion de pompiers, le 4x4 et le canard qui bouge sur eux-mêmes) et de les laisser y aller pour déballer et remballer peinarde.

Bien sûr, à chaque fois ils me demande une pièce de deux euros (putain deux euros!) et à chaque fois je refuse, argumentant que ça ne changera rien.

Le manège, sixième tentation.

C'est enfin le moment de repartir, les associés descendent du manège (enfin Pierrafeu descend du toit du 4x4) et la fin de l'épreuve courses se profile.

MAIS il reste encore le distributeur de boules à la sortie du supermarché.

Et là on atteint le graal intersidéral.

Cette petite boule qui contient une voiture en plastique dont la durée de vie ne dépassera pas les 15 mn ou une balle rebondissante que l'associé perdra sur le parking du supermarché ou une capsule de maquillage qui collera une allergie carabinée, cette petite boule cristallise tous les désirs de mes associés.

Ils doivent s'imaginer qu'elle est magique.

Alors je les laisse imaginer.

Le distributeur, septième péché capital tentation

Unknown.jpg

Pierrafeu a une une fois de la chance en tournant les manettes de la machine,

alors il retente partout où il trouve"des distributeurs de boules".

 

Je crois que Marie nous prépare un article sur les virées à Décathlon. On va bien rigoler :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Je me souviens que quand j'étais petite, ces distributeurs de boules-cadeaux représentaient le graal pour moi aussi. Et pourtant je n'en ai jamais eu :-(
Ici si je dois les emmener aux courses, je les gave avant (tentation alimentaire:zéro) et je leur ai expliqué le "marketing" des bonbons aux caisses. Ils me refont le speech à chaque fois sous les regards hallucinés des gens:-D
Vivement l'article de Marie, je sens qu'on va rigoler!!!

Écrit par : LudiM | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Et non pas de problème de mon côté il faut dire que mes fils ne sont pas gourmands et le petit mange parce qu'on lui demande donc tu vois pas de tentations, le rayon jouets est ridicule et je le déconcentre toujours en passant devant au cas où lui viendrait l'idée ... par contre ce distributeur à boules c'est terrible, mon grand de 11 ans quand même veut toujours y glisser une pièce, c'est à n'y rien comprendre tant c'est naze ce qu'il y a dedans... un peu comme les pochettes surprises tu sais que c'est nul mais t'en veux une.

Écrit par : maman@home | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Aie aie aie ! Quel courage ! J'ai parfois fait les courses avec mes 4 associés. Et Grand mari a très vite trouvé que c'était (beaucoup) plus économique s'il les faisait tout seul. Donc je lui ai laissé cette partie de plaisir (il faut savoir partager, non ?) ;-)
J'avais aussi l'impression de toujours dire non aux "bricoles". Comment se fait-il alors que, maintenant qu'ils sont grands et que j'ai fait un peu de rangement, j'ai une telle collection de super-balles et de calots (vous savez, les énormes billes) ? Tout un tiroir !
Alors je les garde pour les offrir à leurs enfants ... s'ils en ont un jour, ... ou à mes neveux et nièces : ça fait toujours plaisir ... chez les autres ;-)

Écrit par : Bénédicte | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

alors déjà je vais très rarement avec eux faire les courses !
les jouets c'est niet de chez niet il le sait!
bon après, j'avoue qu'il a le droit à un petit plaisir : yaourt ou fromage par exemple.
et en général ça roule !

Écrit par : elise | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Moi j'avais trop de la chance (que là dessus en fait) parce que mon père me donnait une pièce pour récupérer des boules ou des bagues dans ces distributeurs. Mon père a lourdement enrichi le capital!

Écrit par : madeleine | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Chez nous les courses, c'est forcément avec mes deux garçons (mes horaires de travail sont calqués sur leurs horaires d'école et donc je n'ai JAMAIS de temps seule) - et j'évite si possible l' hypermarché. Nous allons donc chez ce qu'ils ont baptisé "Rikiki" (par opposition à Géant!), c'est-à-dire Intermarché. Et chez Rikiki, il y a bien moins de tentations (même pas de jouets, c'est dire).
Nous avons trouvé une technique : ils prennent chacun un panier à roulettes, le remplissent à tour de rôle (important!) en suivant la liste, avec des trucs pas très fun (viande, conserves de légumes, beurre...). Je les suis avec un chariot, et une fois passé à la caisse, zou, tout va dans mon chariot.
Ils ont déjà remarqué les fameux distributeurs aux mille merveilles - mais n'ont jamais vraiment compris qu'il fallait mettre une piécette pour qu'ils crachent une babiole...

Écrit par : Carine Mamjoza | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Avec quatre associés les virées au supermarché doivent être épiques. T'es vraiment une wondermum Sabine ;-)

Écrit par : matinbonheur | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Pour toutes ces raisons et toutes les autres, j'essaye au maximum de faire le courses seule.

Écrit par : Madame Moustick | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Oh punaise ce distributeur de balles merd....
Ma fille en rêve !! Elle supplie... (quedalle)
Mais moi y'en a pas au supermarché ouf... Mais au magasin de chaussures, donc c'est moins souvent la tentation !!!

Écrit par : selky | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Je fais les courses toute seule, tant que c'est possible. Le dicton à la maison c'est : "je me tape les courses, donc j'achète ce que je veux !"

Écrit par : maman est occupée | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Je fais mes courses au drive :-))))
Mais les distributeurs de boules magiques yen a quand même ailleurs ! E qu'est ce qu'ils me saoulent avec ça !!!

Écrit par : Pat | 03/04/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire