Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toi, toi mon poids #2

churros.jpg
Mon petit déj à Madrid

 

Oui, je sais. Cela fait des mois que je vous parle d'un autre retour sur la méthode Linecoaching

Et alors que mon abonnement s'est terminé en octobre, je prends enfin le temps de venir vous en parler.

Est-ce que la Pédégère a tenu bon?

Eh bien, non. 

C'est pas mélo du tout comme entrée plat dessert en matière. 
Je n'ai pas tenu sur la durée parce que cette méthode n'étant pas un régime mais plutôt la prise de conscience de ses besoins alimentaires, de l'écoute de ses sensations et la bienveillance je fus un peu perdue quand la rentrée fut venue.

Soyons clairs : pour suivre Linecoaching, t'as intérêt d'avoir un sacré moral. Et pas mal de temps pour toi. Enfin pas mal de temps pour penser à toi. 

Exactement ce qui m'a cruellement manqué à la rentrée. Avec les soucis du nouveau collège de Pierrafeu, avec l'angoisse et puis tous les soucis (oui j'en ai eu beaucoup), je n'ai pas pensé à moi. J'ai même perdu du poids mais c'était assez facile : je ne mangeais plus rien et je clopais comme un sapeur et sans reproches. Grand Mari n'osait pas me dire de ralentir la cadence tellement la situation était tendue.

Pour résumer : pour suivre cette méthode il faut être super bien dans sa tête. Et je dirais même plus, il faut être libéré des soucis (autres que son poids si cela en est un).

Avec tout ce qui m'est tombé sur le coin du nez ce dernier trimestre 2018, mes sensations alimentaires ont été complètement occultées. Déjà je n'ai pas respecté ma faim en septembre en ne mangeant que très peu et puis en suite quand Pierrafeu était à nouveau un peu mieux j'ai clairement pris la nourriture comme doudou.

Et en plus, genre la nana accumule, j'ai arrêté de fumer. Et j'ai compensé avec des grignotages sucrés. Et beaucoup, beaucoup de chocolat. 

En même pas encore quatre mois d'arrêt du tabac, j'ai pris quatre kilos. Je me sens énorme. Je suis énorme. 

Ouais la bienveillance est en arrêt TOTAL également. 

Mais tout n'est pas perdu mes amis ! Ah ça non ! Hors de question que je me leste sans réagir (et puis de toute façon, j'ai fini tous les chocolats de noël). Je recommence tout doucement (Bibi's style) à courir. Enfin courir, à m'oxygéner les guiboles plutôt.  Mais on va dire que c'est un bon début.

Et puis, je ne jette pas du tout mon parcours Linecoaching à la poubelle !

Non, je relis mes notes. Et donc, je vais :

-me concentrer à nouveau sur mes sensations de faim, c'est-à-dire, ai-je vraiment faim ou suis-je contrariée ? Il est fort à parier que la 2e option revienne le plus souvent.
-faire gaffe à la dégustation et pas m'enfiler la moitié du saucisson à l'ail avant de passer à table, comme ça debout devant l’îlot (et en douce) parce que j'ai faim. Le soir vraiment j'ai faim à 19 h et si on tarde trop je mange avant le repas, pendant le repas et puis oh foutu pour foutu après le repas. 
-par conséquent, je vais appliquer les conseils de ma coach puisque c'est moi qui prépare le repas, c'est moi qui décide quand on se met à table. La coach a compris assez vite qui est la pédégère ici. 
-je vais donc aussi arrêter les pauses "manger debout" à la va-vite. Si j'ai envie d'une pomme, je dois m'installer à table pour envoyer comme message à mon cerveau "là, tu manges". Enfin, soyons honnêtes, j'ai plus envie de pain beurré (beurre salé) carrés de chocolat. Eh bien, je dois m'y prendre de la même façon
-réduire les portions. Bon, cette étape c'est plutôt vers la fin de la "prise de conscience sur la façon de manger".

En bref, quand on mange, que ce soit un en-cas ou un vrai repas, on se pose. On se concentre sur ce que l'on fait, sur ce que l'on mange et on prend son temps.

Pas hyper compatible avec un cerveau complètement parasité, vous êtes d'accord? Pas trop compatible avec des repas plein d'enfants. Mais c'est aussi une bonne occasion pour parler nourriture avec ses enfants (et leur refiler toutes nos angoisses, ahahaha).

Mais bon, ce n'est pas une raison non plus pour ne pas y prendre garde, car ça fait partie du "prendre soin de soi". Et tout le monde le dit "il faut prendre soin de soi", OK ?

Par contre, ce que je vais laisser complètement de côté c'est toute la partie dégustation en pleine conscience à certains moments. Par exemple, quand je suis devant une série (et enfin peinarde), je n'ai pas envie de renifler le carré de chocolat, l'observer, le laisser fondre et prendre conscience de bien attendre pour m'envoyer le suivant, genre "ai-je vraiment envie du suivant?". Oui j'en ai vraiment envie, le chocolat c'est toute ma vie ! Je pense que je l'aime plus que mes enfants. Alors, c'est vrai que bien souvent je m'arrête quand le sucre du chocolat me brûle la gorge (et ensuite je me déteste). Je vais plutôt ne prendre qu'une quantité limitée de chocolat avant de m'asseoir dans le canapé. De la même façon, je ne vais pas toujours déguster du chocolat noir 80% de cacao car moins sucré comme me l'a conseillé la coach. J'ai besoin de douceur. 

Voilà, ce que je peux vous dire à propos de cette méthode qui a quand même le grand avantage de te mettre face à tes habitudes alimentaires (et ton comportement surtout). Elle n'est pas culpabilisante même si je n'ai pas été toujours d'accord ni à l'aise avec certaines étapes (que tu peux passer d'ailleurs).

Je n'ai pas de retour à vous livrer de la part des deux gagnantes, l'une n'ayant pas du tout accroché et l'autre n'a jamais répondu à mes mails.

 

Je vais également me replonger dans le livre de Jean-Philippe Zermati, nutritionniste (à l'initiative de la méthode avec Gérard Apfeldorfer, psychothérapeute). Je l'avais achté il y a fort longtemps et je me sens moins perdue maintenant pour y piocher des astuces.

 

 

 

Voilà, vous savez tout ! C'est assez positif finalement. 
A bientôt !

 

Commentaires

  • Je ne connaissais pas cette méthode et ton retour est intéressant.
    C’est vrai que pour qu’un régime (ou rééquilibrage) fonctionne il faut en faire une priorité.
    Je te rejoins à 1000% sur le chocolat devant la série : je sais que je n’ai pas faim, je sais que c’est un doudou parce qu’enfin c’est mon moment de la journée mais justement c’est bien pour ça que j’ai pas envie de ne pas le prendre. :-)
    J’en viens à me dire qu’acheter des pantalons plus larges ne serait pas si grave (si on pouvait sortir de la mode du stretch) ;-)

  • ah oui le stretch... :)
    >Et vive le chocolat :)

  • en fait l'essentiel c'est la fin: positif!

    l'essentiel est d'en ressortir avec un truc assimilé, un truc pour avancer, un truc t'ayant fait prendre conscience que...et t'aidant à avancer!
    et pas de dire "super je vais donc manger brocolis à l'eau à chaque repas...mais en pleine conscience hein!"

    non, ça fait bouger les neurones, ça fait avancer et s'alléger la tête... porte toi bien! :)

  • Merci Angie, c'est exactement ça ! Porte toi bien aussi ;)

  • Il y a des habitudes à changer je trouve.
    Par exemple, être devant la télé est ce indispensable ? Et puis si c’est le soir, se laver les dents avant de se vautrer sur le canapé est un bon subterfuge.
    Il faudrait aussi éviter de toutes manières de manger le soir ou alors se remplir le ventre de soupe et c’est tout. Je travaille toute la journee, je fais 4 séances de course à pied par semaine ( très tôt ou tard) et je survole le repas du soir.
    La sensation de faim est très pernicieuse mais souvent ne dure pas surtout si vous faites autre chose. Et puis l’adage qui dort dîne, me semble tout à fait véridique. Se lever le matin en ayant les crocs est délicieux.

  • Il y a des habitudes à changer je trouve.
    Par exemple, être devant la télé est ce indispensable ? Et puis si c’est le soir, se laver les dents avant de se vautrer sur le canapé est un bon subterfuge.
    Il faudrait aussi éviter de toutes manières de manger le soir ou alors se remplir le ventre de soupe et c’est tout. Je travaille toute la journee, je fais 4 séances de course à pied par semaine ( très tôt ou tard) et je survole le repas du soir.
    La sensation de faim est très pernicieuse mais souvent ne dure pas surtout si vous faites autre chose. Et puis l’adage qui dort dîne, me semble tout à fait véridique. Se lever le matin en ayant les crocs est délicieux.

  • Je vous rassure je ne suis pas scotchée à télé :) Mais le soir souvent, on la regarde pour un épisode de série. Ou pas. On va se coucher plus tôt et je bouquine. Je prenais l'exemple du chocolat devant la télé car c'est généralement quand je suis détendue que je mange du chocolat.
    Pour les repas légers du soir, je suis d'accord avec vous mais c'est parfois tentant quand on mange avec ses enfants de manger comme eux (soupe chaque soir suivie d'autre chose). Et je ne me vois pas ne pas passer le repas avec eux car c'est un moment important pour nous. Comment faites-vous avec vos enfants?

  • En réponse à vos questions sur l’organisation, quand mon fils, gros mangeur parceque grand sportif était encore là, je faisais traîner la soupe en longueur pour moi tandis que mari et fils attaquaient le gratin de pâtes après par exemple. Ça ne m’empêchait pas d’être à table avec eux. Idem pour les petits fils maintenant ( 5 garçons). La télé est dans une pièce dédiée au sous sol. On n’a pas forcément envie de remonter chercher un truc à grignoter. C’est d’ailleurs valable pour tout le monde, jamais personne ne mange devant la télé., très mauvaise habitude qui nie l’attention à apporter à l’alimentation et le plaisir de la convivialité du repas. Vous êtes a priori déjà dans cette démarche.
    Et chaque fois que ça monte en pression avec les enfants , courage, fuyez, allez vous oxygéner.

  • J'ai lu avec une grande attention tes ressentis (je te lis toujours avec attention cela dis hein hé ho, mais LA tu SAIS que ce sujet m’intéresse particulièrement)
    Hé bien (pardon pour le coté melon/mégalo) mais je crois que je peux dire qu'en tâtonnant avec suivant mon instinct j'ai auto coatché mon cerveau. Bien sur LSDP l'appli (jamais acheté ni lu le bouquin) est mon atout méthode magique POUR MOI (ma soeurr et certaines de mes copines n’adhèrent pas du tout) . J'en arrive au m^me constat que toi quand on fait de dire "on maaaaaange " les gars quand MOI j'ai faim ! Et j'ai faim TOT ! (cela dit en semaine manger tôt le soir en semaine chez nous est plutôt bien accueilli). Pour la gourmandise sucrée, n’étant pas "gueule à sucre" et n'aimant PAS le chocolat c'est fastoche...cela dit je pourrais me taper du pain/beurre salé en lieu et place si je me laissais aller.
    Ta reprise de course, même en douceur, va t'aider a perdre pas à pas. Ton arrêt de la clope est déjà une belle bataille de gagner et tu peux te féliciter.
    Mon goûter/grignotage quand j'ai vraiment la dalle (genre 18h) carotte crues à la croc' (tu remarque l'allitération fortuite je précise).
    T'es une warrior tu vas réharmoniser toussa ! Il est vrai qu'il faut que le cerveau soit dispo pour avancer sur ces chantiers de perte de poids. Go go Ma Sabinette
    PS 1 : WTF fuck et triple fuck POURQUOI je ne reçois pas tes newsletters ??
    PS2 : "Bibi's style" je meurs de looove et de rire (mais ne te remercies pas pour les 3 jours à venir !)

Écrire un commentaire

Optionnel