Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sabine et associés - Page 7

  • Les associés ont joué au … GIGN

    Parfois les associés jouent à la marchande, à la maitresse, aux pompiers, au paysan, bien sûr, mais bien marqués par l'actualité, ils viennent de se lancer dans un nouveau jeu d'imitation : le GIGN.

    Samedi après-midi, alors que ça tournait en rond sévère chez les quatre loustics et que lassée de les avoir dans les jambes à entendre "on s'ennuiiiie Maman" je les ai envoyés dehors.

    Zorro a lancé "eh les gars! si on jouait au GIGN !!".

    Ni une, ni deux, ils étaient postés dans la cour de la ferme, chacun planqué derrière un ballot de paille ou le tas de sable, ou un poteau pour traquer les terroristes.

    GLOUPS.

    Au début, devant leur manège et leur bâton/fusil, je suis intervenue.

    "Oh bah non, c'est bizarre comme jeu. Vous voulez pas faire des tours de cour à vélo en vous chronométrant, plutôt? "

    Et là, Rosette est sortie du bureau avec son plan d'action béton.

    Elle s'était auto-nominée Capitaine des opérations et ses frères n'avaient pas bronché.

    garnd-dessin.jpg.

    détail1.jpg

    détail2.jpg

    Deux familles d'accueil (là c'est la situation de petits copains à l'école qui les marque…) étaient prises en otage et il fallait les libérer. Deux prises d'otage simultanées.

    Ca m'a retournée un peu qu'ils rejouent "les événements " ainsi.

    Ils avaient besoin de faire le bien. Enfin c'est ce que je me suis dit.

    Bref, je les ai laissés sauver les deux familles.

    Et puis ils sont rentrés.

    "Ils se sont rendus, on peut goûter maintenant".

     

    PS : on leur a expliqué ce qui s'était passé. Zorro a lu l'édition du Petit Quotidien sur la tragédie et je l'ai accompagné du mieux que j'ai pu. Rosette et Pierrafeu ont posé moins de questions et Milou n'en a posé aucune.

    Mais comme tous les enfants, ils ont tous été touchés.

    De près ou de plus loin.

     

  • A un poil près…

    Un soir de cette semaine, je me penche sur Pierrafeu allongé dans son lit pour lui dire bonne nuit.

    A ce moment là, il tire la langue et râle en disant "rhaaaa j'ai un poil de, de, de, de…."

    Il ne trouve pas le mot mais le pense très fort en regardant ses nounours. Pareil pour moi je pense "poil de p'luche" mais je lui sors … "poil de cul".

    Fail.

    Devant la mine mi déconfite, mi réjouie de Pierrafeu, je suis prise d'un fou rire incroyable.

    Intérieurement je demande à mon périnée de tenir, extérieurement j'essaie de dire à Pierrafeu d'arrêter de hurler "maman, elle a dit poil de cuuuuuuuuuul !!!!!"

    Mais rien ne sort de ma bouche, je ne peux plus parler. Je ne peux que rire, rire, rire. 

    Les larmes coulent sur mes joues, mes abdos ont l'impression d'être au cours collectif de la salle de sport et Zorro alerté pas tout ce boucan s'inquiète pour ma santé mentale, c'est sûr.

    Et puis à un moment ça s'arrête, je me mouche, essuie mes larmes et termine d'embrasser mes associés.

    Après j'étais épuisée, vidée. Mais bien.

    Et puis ce poil de cul moment collait parfaitement avec le livre que je venais recevoir :

    perles-de-parents.jpg

    Un livre écrit par Ginie et Camille et illustré par Papa Cube qui réunit nos phrases honteuses de parents comme : " Arrête de marcher sur ton frère! ou alors retire tes bottes…" ou en s'adressant à son enfant "Quand te comporteras-tu en adulte?

    Des petites phrases à picorer pour se marrer.

    Bref, je ne suis pas seule… 

  • Et puis j'ai acheté des Doc

    retrouver mes 16 ans, cette époque où rien n'était arrivé.

    Où j'étais en première ES.

    Où je ne pensais qu'à mon DST d'histoire et à lui.

    Où avec mes 48 kg je me trouvais grosse.

    Où j'étais interne.

    Où je me sentais libre.

    Où je me sentais si seule.

    Où j'étais entourée par une bande de potes.

    Où je ne savais rien de l'avenir.

    Où je ne me posais aucune question sur mon avenir.

    Où je n'étais pas une mère de famille écrasée par l'angoisse.

    Revenir en arrière pour aller de l'avant.

    docmartens.jpg

    Grand Mari avait jeté mes bonnes vieilles Kickers. Il est un peu sous le choc ;)