Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sabine et associés - Page 6

  • En vrac (comme la chambre de mes associés) #10

    xemose,uriage,tape à l'oeil,cuisine familiale,démotivation course à pied

    Vous avez demandé l'association française des victimes consentantes de la procrastination, ne quittez-pas.

    Eh! Les gars c'est moi, votre pédégère adorée. Celle qui a arrêté son activité pro pour avoir plus de temps et faire plein de choses comme : ranger son entreprise, nager, écrire plus sur le blog.
    AHAHAHAHAHA

    La bonne blague, car c'était sans compter cette fâcheuse manie : ça, je le ferai demain. Ou même la semaine prochaine, CE N'EST PAS SI URGENT FINALEMENT.

    Et au final, votre pédégère doit attaquer tellement de choses, qu'elle n'attaque rien.

    Enfin, que tout le monde se rassure, les associés mangent et portent des habits presque propres.

     

    Lire la suite

  • La lose

    Hier c'était pas mercredi et pourtant c'était tout pourri.

    Pendant midi, je suis allée à Saint-Robert avec Pierrafeu à un rendez-vous médical pour lui. Je l'avais casé à ce moment là parce qu'à 13h15 il avait rendez-vous chez son orthophoniste.

    On a mangé ensemble entre les deux rencards et on était même en avance dans la salle d'attente de l'orthophoniste.

    ON ETAIT EN AVANCE.

    Et puis, à 13h15, Madame FEUVEUCEUKEU a appelé le rdv suivant.

    Sauf que mon Pierrafeu ne se nomme pas Léa.

    Lire la suite

  • Adolescence

    Dans l'entreprise, l'adolescent c'est clairement Zorro. Il n'est plus en période pré, non AYÉ, il est ado.
    Et ça le rend plutôt fier, il active sa petite fossette quand on le lui fait remarquer. 

    "Fais pas ton adolescent, Zorro" est devenu the insulte de ses frères et soeur. 

    Parce qu'ils ont assimilé adolescence et reloutitude. En même temps vu le malin plaisir qu'il prend à faire brailler ses petits frères et sa petite soeur, je ne vais pas les blâmer.

    Lire la suite