Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pas de dilemme des vacances

brouillard.jpg

Ce matin, je suis à l'image de la Picardie, sévèrement embrumée.

Cet été 2017 commence à être trop. Trop long, trop moche.

Cette année, j'ai décidé de ne pas partir en Bretagne (ou ailleurs) avec les associés, l'épisode 2016 ayant été tellement compliqué avec toutes les maladies à gérer (à 600 km de chez nous) que j'ai préféré rester à la maison.

Alors voilà, j'ai acheté une piscine pour chevaux aux associés et depuis il ne fait pas beau. Rosette et Zorro, ne craignant pas l'eau froide s'y baignent dès que le thermomètre dépasse les 22°. C'est à dire pas souvent.

Milou et Pierrafeu ne veulent pas y aller et préfèrent beugler à l'envi qu'ils s'ennuient.
Ces associés fonctionnent par deux et si je propose une sortie dans le coin, deux veulent y aller (Zorro et Rosette) et deux ne veulent pas, Milou et Pierrafeu, donc. Et c'est pareil pour tout : se balader et aller voir Papa dans les champs, faire un jeu, tout est sujet à négociation.

Des fois, ils s'arrangent bien et jouent des heures ensemble, mais ça n'arrive pas souvent.

Vous l'aurez compris, j'ai du mal à occuper les associés.

Et j'en ai ras-le-bol aussi. Ouais, en fait vraiment, j'en ai assez de ne jamais partir en famille l'été. De ne pas lâcher un peu, ensemble, de ne pas avoir de soleil, de ne pas randonner en famille, de ne pas se baigner ensemble, de ne pas rire de celui qui trouve l'eau trop froide, de ne pas regarder le coucher de soleil, de ne pas en profiter avec mes associés, tout court.

J'ai envie de me marrer avec eux, de faire des photos rigolotes, de changer de décor, de manger des glaces à l'italienne, de me barrer d'ici. De quitter ces champs à perte de vue, de quitter cette maison en brique à deux étages où chaque pièce vous rappelle le bordel qui s'accumule, le linge à ranger, et tous ces petits travaux non entrepris.

De voir de nouvelles têtes. D'entendre un autre accent. De manger d'autres aliments.

J'ai envie de les supporter encore en fin de journée sans avoir hâte qu'ils aillent se coucher.

Oui, je sais, je peux faire des sorties pas loin de la maison pour changer d'air. La mer est à 2h et il y a aussi les parcs et autres lacs. Mais non, pas seule avec les associés. Oh, bien sûr il y en aura avant la rentrée, encore quelques sorties, d'ailleurs je suis allée 1 journée à Lille avec Rosette et Zorro et ç'a été un super moment, mais je vais éviter ces sorties où je dois gérer les 4 associés, où tout ne se passe jamais vraiment bien, où je représente seule l'autorité parentale, où je suis la seule adulte sollicitée, où je dois gérer les conflits, les envies, les frustrations.

Quand je rentre de ces sorties, je suis rarement zen et souvent impatiente de voir rentrer mon mari. C'est l'été, le paysan travaille, travaille, travaille. Hier il s'est étonné de mon énervement. LOLILOL je lui ai répondu "occupe toi d'eux une seule journée ENTIERE et on en reparlera".

Elle est pas gaie la pédégère ce matin! Et en plus, elle se plaint d'une situation que des millions et des millions de personnes vivent. Je sais, mais là, je m'en fous.

J'ai les boules.

Ce texte est ma participation au #10dumois de Claire (lien sur l'image ci-dessous) sur le thème "Le dilemme des vacances". Chaque 10 du mois un nouveau thème est proposé et je tente de le décaler un peu.

Mes précédentes participations :

>Ces "bonne année" que je ne peux plus souhaiter

>Amour toujours

>Tu seras une femme, ma fille

>Qu'est-ce qui cloche avec mes prix?

>Un brin de bonheur, ça tient à un placard

>Voyages

>A l'ouest

Macaron-10-du-mois-participation-300x300.jpg

Commentaires

  • Comment je te comprends ! Moi je suis prof alors des vacances j'en ai trop comme me disent les autres !Je n'ai que deux enfants mais je ne sais comment les occuper : mon aîné ne sait rien faire s'en embêter son monde dès qu'il s'ennuie, heureusement j'ai une deuxième qui est heureuse de tout mais qui ne range rien donc elle met le bazar partout où elle passe ! Le plus dur c'est le conflit permanent avec l'aîné.

  • hoooooo comme je te comprends !

    pourtant on pars en vacances, mais le mois 1/2 avant j'ai du mal !
    ils sont 4, ne jouent quasi jamais ensemble, se chamaillent à longueur de temps. j'ai l'impression que rien ne pourraient les satisfaire, pourtant ils ont les vélos, les chemins de campagne, la rivière, et la piscine pour s'occuper !!!!!

    quand papa rentre, ça râle de partout, les enfants parce que je les exploite (j'ai demander qu'ils passent l'aspi), moi parce qu'ils m'ont pourris la journée, et papa parce que la maison est sale ( mais je peux guère faire mieux) !!!

    bref dans 1 semaine on décolle pour 15 jours en Ardèche, j'espère que ça atténuera toutes ses tensions parce que sinon on est mal, là !!!!!

  • Je sais que ça ne changera rien pour toi, mais je t'envoie plein d'ondes positives et de courage pour tenir le coup! Et je vais relativiser mes petits soucis de maman de 2 qui à la chance de partir, au lieu de râler à force de devoir les supporter toute la journée (à partir de demain, les congés c'est ce soir....)

  • Sabine , si la Bretagne te manque et que tu veux voir de nouvelle tête je te propose que tu vienne chez moi et comme ça on s'occupera ensemble de nos associés ( 8 à gérer à nous deux .... Finger in the noze). Je vais pas te dire que j'ai l'impression que tu parles de ma vie ça fait un peu potiche mais ..... bah si

  • J'avais un smiley à la fin il est pas apparu comme quoi c'est pas drôle en vrai

  • o_0
    J'avais écrit un long commentaire et il ne reste que le 1er mot ... -_-

  • (je l'ai retrouvé en faisant retour arrière)

    On a la chance d'être parti 3 semaines au soleil et les vacances en famille se sont relativement bien passées, même si l'ado a parfois préféré rester dans la maison de belle maman que de venir se balader avec nous.
    Seulement nous sommes rentrés depuis même pas 1 semaine que les hommes de la maison sont tombés malades, que les enfants crient à l'ennui, qu'ils se chamaillent et que mon mari déprime à cause de la météo moisie (Youhou)
    Je n'ai pas l'impression que ma soeur et moi râlions autant, pourtant on ne partait pas ... on s'occupait avec ce qu'on avait.
    Bref, je compatis, ça ne doit vraiment pas être simple pour toi.

  • je comprend ce raz le bol! fonctionnaire avec mes 5 semaines, épouse d'agriculteur qui ne (veut pas) trouve(r) pas du temps pour sa famille! ben oui quoi il a un métier lui! je ne pense qu'à partir! ma valise est prête j'attends impatiemment le feu vert pour partir....5 jours sur mes 3 semaines de "repos" avec mes 2 filles-boulets-9ans-7ans. on s'occupe mais ce n'est pas pareil; jouer la mère célibataire ça va un temps!
    Bon courage

  • Tu as bien le droit de craquer de temps à autre. Pas facile à gérer cette situation tous les jours alors que tu as des envies d'ailleurs, de vacances en famille...
    Je te souhaite de pouvoir prendre une nouvelle fois du temps pour toi d'ici la fin de l'été.
    Les associés ne partent pas en colo ou dans votre famille de temps en temps ?
    Je t'embrasse bien fort

  • Chaque année je prends une semaine seule avec eux à la maison et je finis par le regretter. Alors tout l'été... je suis admirative!
    Et s'ennuyer mais refuser toutes les propositions ça me met hors de moi. Presque autant que l'avis du mari qui n'a jamais essayé de survivre à ça. :-)

  • Je parle bien sûr de mon vécu (mes "qui s'ennuient" et mon mari, qui ressemblent beaucoup aux tiens)

  • Coucou... Nous découvrons que nous vivons dans la même région. Nous ne comprenons que trop bien ton état d'esprit et le ras le bol de cette grisaille... Courage à toi et à tes associés. N'hésite pas à nous contacter si tu veux qu'on essaie de se rencontrer. Bises

  • Ah oui, quadrature du cercle bien connue... Rester (ou partir) seul(e) avec 4 gnomes c'est parfois sympa, mais rarement satisfaisant. Ai testé la version 2 deux ans - bof -, et la version 1 l'an passé - déprimant.
    Cette année, vu l'expérience de l'an passé, j'étais résolue à partir, même seule avec les gnomes, ne serait-ce que pour voir un autre cadre. Suite à un problème familial, il a fallu que j'emmène aussi un cousin - mais au point ou j'en étais du fiasco probable, j'allais pas mégoter.
    Et bien, ça a été très profitable pour tous !
    Les gnomes ont eu un cousin pour oublier de s'ennuyer (et pourtant, on était en pleine cambrousse, sans grand divertissement) et ont passé de bonnes vacances, le cousin a été ravi, et à défaut d'avoir eu de vraies vacances j'ai la satisfaction d'avoir vu les enfants en profiter.
    Donc si je peux me permettre une suggestion, quitte à être "coincée" avec tes enfants, envisage d'inviter quelques jours un copain qu'ils ne voient pas très souvent.

  • Inviter des copains c'est une très bonne idée (même si ça fait des enfants en plus), car ça les occupent, ils font découvrir les jeux au copain et ils sont invités un autre jour en retour. On a testé ça cette année, les 2 parents (vous et l'autre maman) sont tranquilles car les enfants jouent ensemble.

  • Bonsoir !

    Je comprend et partage votre coup de ras-le-bol.
    Depuis début juillet, je lutte pour bouger... Tension mesurée 6/8 chez le médecin qui m'a regardé avec des yeux ronds... Oui mais une maman ne peut pas s'arrêter... Donc je gère mollement le quotidien et je les laisse râler parce que ras-le-bol aussi de ma part !
    Courage et surtout j'espère que ce coup de g** vous aura fait du bien !

  • Enfant, j'écoutais ma tata parler... elle disait comme toi... je ne comprenais pas. Et puis j'ai oublié. Et je te lis. Et il y a de quoi craquer. Les envies d'ailleurs sont légitimes. les besoins sont là! Plein de courage et je vous souhaite quelques journées vadrouille bien sympas!

  • Chere Sabine, je vous lis souvent mais commente rarement , j aime beaucoup votre blog pour son ton sincère et touchant et malgré tout souvent humouristique aussi (bravo!). J ai la chance de prendre 4 semaines de vacances chaque ete (aout) et d avoir quelqu un à la maison pour les garder mes enfants (seulement 2 garçons 11 ans et 8 ans qui se chamaillent tout le temps) le reste du temps . Je voulais repondre pour vous montrer qu on est jamais content de ce qu on a : la preuve, moi je vous envierais presque ! car 4 enfants quelle chance ! je n en ai eu que 2 et jamais reussi à convaincre mon mari d un petit 3eme...

Écrire un commentaire

Optionnel